A cette question, tu vas bien me répondre oui, puisqu’on est le 1er avril ! Mais sans blague ni facéties, tout comme les fruits ou les légumes, le poisson est un aliment de saison. Le pourquoi du comment ? Avec les Criées Occitanes, entreprise toulousaine spécialisée dans la livraison à domicile de produits de la mer Méditerranée, on te l’explique.

Respecter la biodiversité marine

Tous les après-midis, c’est la criée sur les ports de Méditerranée. À Port La Nouvelle, Sète, au Grau D’Agde… les bateaux rentrent au port avec les prises du jour pour une mise en vente immédiate. C’est la meilleure garantie d’avoir du poisson ou des fruits de mer frais et des espèces de saison, surtout si l’on s’approvisionne, comme les Criées Occitanes, chez les « pécheurs paysans ». 

Car si elles baignent en longueur d’année dans nos mers et nos océans, les espèces marines ne sont pas toujours disponibles. Il faut donc faire attention : privilégier une pèche responsable, respectueuse du cycle de vie, de la croissance, des périodes de migration et de reproduction qui diffèrent pour chaque espèce. C’est en ce sens, pour lutter contre la pêche intensive et préserver la biodiversité marine, que l’Union européenne établit annuellement des possibilités de pêche. 

« En Méditerranée, les pêcheurs sont respectueux de ces quotas, allant même jusqu’à s’autoréguler davantage pour adapter leur pêche à la demande », explique Natasha Malbranque, responsable qualité des Criées Occitanes. Une demande qui concerne les quantités de poissons et non les espèces : « Avec nous, il faut que le consommateur s’adapte à la pêche du jour. En ce moment, c’est la période de la sole qui fraye en banc au bord des côtes », précise-t-elle.

Quel poisson, quelle saison ?

En France, de nombreuses espèces de poisson peuvent être consommées toute l’année. Pour autant, elles ont des périodes favorables. Pour d’autres, ce sont parfois des habitudes que le consommateur a déjà prises sans la savoir mais aussi de nouvelles pratiques alimentaires à adopter.

Au printemps, on va privilégier par exemple le hareng, le lieu, le merlan et donc la sole. Côté fruits de mer, c’est le moment de cuisiner l’araignée, le homard ou la langoustine. En été, on jette son dévolu sur l’anchois de Méditerranée, la sardine, le maquereau, le saint-pierre, le thon blanc ou le turbot. On se fait un plat de coques, de moules ou du tourteau. En Automne, on achète de la dorade royale, du loup, du colin, du merlan ou du haddock. On se régale de bulots, de calamars, d’huitres et on voit arriver les premières coquilles Saint-Jacques. En hiver, on cuisine le barbue, le congre, la dorade grise, l’aiglefin ou le lieu. On retrouve les plats de fêtes avec la pleine maturité des coquilles Saint-Jacques, mais aussi les huitres, les langoustines, les calamars et le poulpe. La liste est encore longue… Et il y a de quoi varier les goûts et les plaisirs toute l’année.

Respecter les saisons, c’est ainsi respecter la biodiversité marine. C’est aussi acheter moins cher des poissons plus nombreux. Surtout, c’est se régaler davantage. « La pêche à la coquille Saint-Jacques n’est autorisée que d’octobre à avril, précise Natasha Malbranque à titre d’exemple. C’est pour qu’elle soit à bonne taille. Elle a ainsi eu le temps de devenir adulte et de se reproduire, et pour le consommateur, c’est un met plus charnu », conclut Natasha Malbranque. Alors, la consommation de saison, convaincu ?

Et si tu veux lire d’autres articles pour une assiette plus engagée, c’est par là !